Témoignage personnel

Le sacrifice qui n’en est pas un : mourir à soi-même

L’année dernière j’ai découvert quelque chose d’extraordinaire : mourir à moi-même. Ça peut sembler étrange dit comme ça, mais mourir à soi-même, c’est retrouver sa vie.

Mourir à soi-même, un réel sacrifice?

En fait, ma découverte est très simple, plus j’ai soif de Dieu, plus je passe du temps en Sa présence, dans la méditation de Sa Parole et à Lui parler, plus je suis à Son écoute, plus mes désirs, mes choix, mes valeurs, mes convictions, mes comportements et mes ambitions ressemblent aux Siens. Mais pas aux Siens dans le sens où je disparais en devenant que l’ombre de moi-même sans personnalité, ni rêves qui m’appartiennent. Non, en fait, qui je suis réellement est révélée en Sa présence. En ce sens, mourir à soi-même n’est pas un sacrifice mais une révélation de son identité réelle. Ça nous aide aussi à découvrir notre but (purpose) réel dans la vie.

Sa Parole est une lampe à mes pieds, une lumière sur mon sentier.

Ps 119 :105

Sa Parole est Jésus et Jésus est Dieu donc plus je médite sur Lui, plus Il m’éclaire, plus je vois la personne que je suis appelée à être. Plus de Lui égale plus de moi en Lui.

Le sacrifice de mourir à soi-même n'en est pas réellement un lorsqu'on considère tout ce que l'on gagne en retour: une identité et un but dans la vie.
Collage : Le journal d’Anathalie

Lorsque Jésus déclare:

Car celui qui voudra sauver sa vie la perdra, mais celui qui la perdra à cause de moi la trouvera.

Mat 16:25

Il dit:

En renonçant à t’accrocher à ce qui te semble le plus précieux dans ta vie, tu découvriras la véritable vie en Jésus.

Un sacrifice par la foi

C’est ce qu’Abraham avait découvert lorsque Dieu lui avait demandé Isaac en sacrifice. Isaac était, à ses yeux, ce qu’il avait de plus précieux. De renoncer à son fils, de planifier le sacrifice et d’emprunter le chemin qui le mènerait à souffrir la pire souffrance qu’un parent puisse vivre a dû être horrible pour lui. Abraham ne connaissait pas les plans de Dieu. Mais Dieu s’était montré bon envers lui par le passé. Il lui avait promis un fils de Sarah, sa femme. Il lui avait dit qu’il serait le père d’une grande nation. Abraham devait probablement imaginer qu’à l’issue du sacrifice, Isaac reviendrait à la vie. Peut-être s’était-il dit que Dieu lui donnerait un autre fils. Ou qu’il s’était trompé et que le fils de la promesse était Ismaël et non Isaac.

Il aurait pu fuir et refuser de suivre les indications de Dieu. Et s’il avait refusé, Isaac aurait-il vécu? Dieu aurait-il recommencé tout le processus de foi avec Abraham? Nous ne le saurons jamais.

En revanche, ce que nous savons c’est qu’Abraham a reçu davantage que le sacrifice qu’il s’apprêtait à faire.

Le sacrifice est un choix quotidien

Il y a un an, j’ai fait le choix de faire confiance à Dieu et de Le suivre dans les chemins où Il me mènerait. J’ai choisi de Lui dire :

Tous les rêves que Tu as placés dans mon cœur, je Te les remets. Ils sont à Toi. Fais-en ce que Tu veux. Si Tu souhaites qu’ils se réalisent, je participerai avec Toi à leur réalisation. S’ils ne se réalisent pas, je continuerai à Te faire confiance en sachant que ma vie est en Toi, elle T’appartient. Je sais que Tu désires toujours de bonnes choses pour moi. 

Ce choix, je dois le réitérer tous les jours. À chaque moment de doutes, à chaque questionnement, lorsque les évènements ne font aucun sens, dans les moments de découragement ou lorsque j’ai mal, je dois regarder au Père et Lui dire à voix haute:

J’ai choisi de Te faire confiance. Je sais que Tu m’aimes et j’ai foi en Toi.

Papa, je Te prie aujourd’hui pour cette personne qui lit cette publication. Je Te prie de la rassurer. Je Te prie de lui ouvrir les yeux afin qu’elle puisse voir qu’aucun sacrifice qu’elle pourra faire ne sera aussi grand que le sacrifice de Christ à la croix. Montre-lui que Tu es celui qui récompense ceux qui ont confiance en Toi et qui sont prêts à renoncer à ce qu’ils ont de plus précieux pour demeurer avec Toi. Révèle-Toi à elle comme Tu T’es révélé à Abraham afin qu’à son tour, elle puisse Te faire confiance avec ce qui, à ses yeux, vaut plus que tout. Amen!

About Author

Du plus loin qu’elle se souvienne, Anathalie a toujours aimé Dieu. Malgré les chemins tortueux qu’elle a empruntés, Il est demeuré fidèle et ne l’a jamais laissé tomber. Anathalie a grandi dans une petite église méthodiste libre de la communauté haïtienne de Montréal où ses parents étaient impliqués dans le ministère ecclésiastique. Dès un très jeune âge, elle donne sa vie au Seigneur et s’implique à son tour pour l’avancement d l’œuvre de Dieu. Depuis juin 2014, elle fréquente l’église La Chapelle à Montréal où elle met ses dons, ses talents et son expérience au service de l’équipe des opérations et de l’équipe d’accompagnement spirituel de l’église. En 2018, elle entame des études en théologie dans le but de devenir aumônière et de venir en aide aux personnes qui souffrent. « On dit de moi que je suis une femme passionnée, créative, réservée et déterminée. J’ai la dent sucrée, je suis parfois dans la lune, j’aime les vieux films et les feuilletons français et je déteste les pieds… Mais vraiment là! »

1 Comment

Leave a Reply