Enseignement

Partie 2 Combattre la déprime ou contrer les idées noires

Cette deuxième partie sur les idées noires et la grande noirceur aborde les astuces à adopter pour combattre la déprime lorsqu’elle s’installe dans nos vies.
Crédit photo : Christina Esteban Photography
Montage : Le journal d’Anathalie

Cette deuxième partie sur les idées noires et la grande noirceur aborde les astuces à adopter pour combattre la déprime lorsqu’elle s’installe dans nos vies.

Je dois admettre que je rédige cet article alors que je traverse une période de déprime et de stress. C’est assez particulier parce que cela me permet d’appliquer mes propres astuces en temps réel alors qu’habituellement, j’écris avec une approche beaucoup plus rétrospective. Bref ! J’espère que ces quelques lignes sauront vous aider à traverser vos propres défis.

Il y a quelques semaines, une amie m’a confié ceci :

« Les arcs-en-ciel ne m’apportent pas le réconfort escompté. Ça me tape sur les nerfs en fait. Comment peut-on penser que tout va bien aller alors que tout part en vrille ? J’ai besoin d’autres choses. »

Une amie… appelons-la Daria 😉

C’est sûr que lorsque tout part « en vrille » le simple fait de colorier des arcs-en-ciel ou d’adopter la pensée positive ne suffit pas à nous rassurer ni même à nous redonner le sourire. Tout comme cette copine, ça peut nous énerver au point d’en devenir cynique. C’est pourquoi j’aimerais vous proposer « autre chose » afin de vous aider à combattre la déprime et l’anxiété lorsqu’elles se pointent le bout du nez.

Combattre la déprime avec des pratiques spirituelles

1) Lorsque je déprime, je me lamente

Lorsque je suis triste ou que je déprime, j’ai appris à me lamenter. Attention ! Je parle ici de la discipline spirituelle de la lamentation et non de la pratique de se plaindre ou de s’apitoyer sur son sort. La différence entre la lamentation et la plainte est tout simplement vers qui les paroles prononcées s’adressent et dans quelles intentions. Je me lamente à Dieu dans le but de Lui partager ma peine, car j’ai confiance qu’Il recevra chacune de mes paroles et qu’Il me relèvera. Apprenez-en plus sur la lamentation dans la section Prescriptions du blogue. Vous pouvez aussi lire le livre de Mark Vroegop et Joni Eareckson Tada, Dark Clouds, Deep Mercy : Discovering the Grace of Lament.

2) Lorsque je déprime, j’intercède

Au cours des deux dernières années, j’ai remarqué quelque chose de récurrent avec les réponses que je recevais de Dieu face à ma détresse. C’est qu’elles me poussent souvent à venir en aide aux autres lorsque je suis moi-même très affligée. Le projet du Journal d’Anathalie a d’ailleurs jailli de l’une de ces prières où je demandais à Dieu de m’aider dans une situation personnelle qui n’avait strictement rien à voir avec la santé mentale ou mon expérience passée.

Il n’est donc pas rare qu’après avoir versé plusieurs larmes, j’appelle une personne que j’accompagne spirituellement pour prendre de ses nouvelles et pour prier avec elle. Intercéder, c’est prendre le fardeau d’autrui pour l’amener au pied du Père à sa place ou avec lui. En d’autres mots, c’est de prier en faveur de quelqu’un d’autre en partageant sa peine ou même sa joie parfois. Lorsqu’on intercède, on oublie sa personne pour se concentrer sur l’autre, on participe à sa joie, à sa peine et à son relèvement ou à sa reconnaissance. Pour moi, c’est une excellente façon de combattre la déprime et de me sentir utile pour les autres.

3) Lorsque je déprime, je prie à haute voix

Prier c’est bien, mais prier à haute voix c’est mieux, surtout lorsqu’on est déprimé. L’une de ces raisons est bien simple : lorsqu’on prie à haute voix, on s’entend parler et notre esprit porte attention à ce qu’on dit. Prier à haute voix, c’est donc une façon de s’encourager, de parler à notre âme et d’intégrer ou de réaliser ce que nous disons à Dieu lorsque nous Lui parlons.

Une autre raison bien importante de prier à haute voix lorsque nous sommes déprimés est pour contrer les idées noires. En effet, lorsque nous prions à l’intérieur de nous-même, c’est plus facile de nous laisser aller à nos rêveries ou à nos faux raisonnements, car nous pouvons littéralement occuper nos esprits avec des dizaines de pensées décousues en même temps. Ainsi, prier à haute voix favorise la concentration, ça nous permet de prendre conscience de ce que nous pensons/disons dans nos prières et ça nous aide à contrer la formation des idées noires nous permettant ainsi de mieux combattre la déprime.

4) Je médite pour combattre la déprime

Les trois premières astuces, particulièrement la lamentation et la prière à haute voix, mettaient l’accent sur ce que nous avions à dire à Dieu par rapport à notre douleur. Cette fois-ci, il s’agit de laisser Dieu nous parler au milieu de notre détresse. La méditation chrétienne passe principalement par la lecture active de la Parole de Dieu (la Bible). Si nous voulons connaître avec assurance ce que Dieu a à nous dire par rapport à ce que nous vivons, nous devons prendre le temps de lire la Bible afin de découvrir Ses révélations pour nous.

Les Psaumes sont un excellent point de départ pour trouver du réconfort dans la tristesse. Personnellement, même en suivant un plan de lecture biblique préétabli, Dieu trouve souvent une façon de répondre à mes questionnements au travers des récits que je lis dans le cadre de ce plan. Sa Parole est un merveilleux réconfort.

De plus, dans l’une des vidéos de la série sur la méditation chrétienne que j’ai réalisées avec mon amie Véronique Jones, nous rappelons l’importance d’être conscient de ce à quoi nous pensons, car les pensées que nous ruminons continuellement deviennent le sujet de notre méditation. Prenez donc l’habitude de surveiller le cours de vos pensées et bloquez immédiatement celles qui vous tirent vers le bas.

5) Chanter, danser et louer pour combattre la déprime

Danser est, selon moi, la forme d’expression la plus proche de l’âme de l’être humain. Danser peut devenir un excellent antidote pour combattre la déprime.
Le journal d’Anathalie

Et si on dansait ? Je crois que la danse est une pratique spirituelle énormément sous-estimée par les chrétiens. Danser est, selon moi, la forme d’expression la plus proche de l’âme de l’être humain. Lorsque nous dansons, le corps tout entier, nos émotions et notre esprit s’unissent pour exprimer sa personnalité, son ressenti. Ainsi, la danse peut devenir un excellent antidote afin de combattre la déprime.

D’autres parts, offrir la danse à Dieu dans une forme d’adoration est un cadeau extraordinaire que nous Lui exposons, en plus de libérer notre corps de son enlisement dans la noirceur de nos pensées. La louange par le chant et par la lecture de Psaumes (à voix haute) peut aussi égayer nos cœurs et réjouir celui de Dieu.

Suivez Leslie Passerino sur YouTube ou sur Instagram pour en apprendre davantage sur l’adoration par la danse.

Combattre la déprime avec de saines habitudes physiques et psychologiques

1) Un esprit sain dans un corps sain.

Ceci est probablement le béaba en termes de santé mentale. Lorsqu’on se sent bien dans son corps, on se sent généralement mieux dans sa tête. Malheureusement, nous négligeons souvent les principes de base qui favorisent les conditions d’une bonne santé mentale.

Bouger

Demeurez actif, même en période de confinement ! Pratiquez le conditionnement physique à la maison, utilisez les marches d’escalier pour augmenter votre fréquence cardiaque et pour activer les muscles de vos jambes, vos abdominaux, de votre dos et de vos bras. Dansez, marchez, courez et ressentez la vie dans tout votre corps !

Bien manger (et éviter le sucre)

Prenez l’habitude de manger à votre faim, de façon équilibrée (fruits et légumes svp !) et évitez de manger des aliments sucrés qui jouent un rôle dans la régulation de l’humeur (attention aux sautes d’humeur). Faites le test sur 7 à 14 jours, vous verrez qu’en adoptant une saine alimentation et en coupant la quantité de sucre que vous ingérez, vous vous sentirez beaucoup mieux dans votre tête et vous aurez beaucoup plus d’énergie.

Bien dormir

Déterminez un horaire régulier de sommeil. Couchez-vous et levez-vous tous les jours à la même heure. Si vous ne parvenez pas à vous endormir, ne demeurez pas au lit. Levez-vous et retournez vous coucher lorsque vous vous sentirez fatigué. Lorsqu’on a une bonne hygiène de sommeil, on est beaucoup plus apte à combattre la déprime. Aussi, si vous souffrez de troubles du sommeil, n’hésitez pas à consulter votre médecin.

2) Lavez-vous !

Je crois que lorsqu’on se force à être propre à l’extérieur, ça envoie un message fort à l’intérieur. C’est une astuce plutôt simple mais qui peut vraiment aider à combattre la déprime.
Le journal d’Anathalie

Oui, oui, vous avez bien lu ! Lavez-vous tous les jours, même lorsque vous êtes tristes et que vous n’en avez pas envie ! C’est la base, mais cela joue un rôle important dans notre relation avec nous-même, car ça nous pousse à prendre soin de nous.

Lorsque j’étais en dépression, je passais mes journées au lit. Je ne mangeais plus et… mon hygiène personnelle en prenait un coup. Je n’avais pas la force de prendre soin de moi. Je n’en avais pas envie, mais surtout, ça ne concordait pas avec les idées mensongères que je m’étais forgées. En effet, lorsqu’on croit qu’on ne vaut rien ou qu’on est invisible, à quoi ça sert de prendre soin de son hygiène personnelle ?

Je crois que lorsqu’on se force à être propre à l’extérieur, ça envoie un message fort à l’intérieur. C’est une astuce plutôt simple mais qui peut vraiment aider à combattre la déprime. Alors, lavez-vous les cheveux, coiffez-vous, portez des vêtements propres, parfumez-vous, coupez-vous les ongles, rasez-vous. Accordez-vous de la valeur et prenez soin de vous !

3) Briser l’isolement

Comment brise-t-on l’isolement concrètement ? Tout est dans la préparation.

Identifiez une personne de confiance

Premièrement, identifiez dans votre entourage une personne disponible pour vous écouter lorsque vous vous sentez déprimé ou lorsque vous avez besoin de parler. Vous pouvez ouvertement en discuter au préalable avec cette personne avant que la crise se déclenche. Ça peut être un ami, un membre de la famille dont vous êtes proche, un mentor auquel vous avez confiance, un thérapeute, un pasteur, un ami de votre église. Bref ! Identifiez cette personne à l’avance, voyez avec elle ses disponibilités, les meilleurs moments pour la joindre, par téléphone, par Skype ou en personne. Assurez-vous qu’elle sera là lorsque vous en aurez besoin.

Malheureusement, c’est possible d’être seul et ne pas réussir à identifier une telle personne dans son entourage. Dans ce cas, il est possible de faire appel à des lignes de soutien téléphonique dans sa région. De plus, certaines églises mettent en place des services d’accompagnement spirituel et de soutien pastoral pour les personnes vivant des situations difficiles. Informez-vous en amont.

Bâtissez-vous une routine saine et respectez-la

Deuxièmement, tous les matins, levez-vous et faites votre lit dès que vous êtes réveillé. Ouvrez les rideaux pour laisser pénétrer la lumière du jour. Ne restez pas au lit. Certaines personnes voudront prier et/ou méditer à ce moment-là ou attendront après avoir pris leur douche. D’autres feront du conditionnement physique. L’important, c’est de débuter la journée préférablement le matin ! Lavez-vous et mangez. Une fois votre routine matinale complétée, il faut à tout prix éviter de retourner se coucher. À TOUT PRIX !

Fixez-vous des objectifs réalisables quotidiennement

Établissez des objectifs à atteindre pour la journée et donnez-vous les moyens d’y aboutir. Prévoyez votre horaire de façon réaliste. Lorsque la déprime vous assaille, répliquez immédiatement en contactant la personne que vous avez identifiée. Si la personne reste injoignable, tournez-vous vers l’une ou l’autre des astuces précédemment présentées. Si vous choisissez tout de même de retourner vous coucher, fixez-vous un temps limite pour ne pas passer la journée au lit, et gardez votre téléphone à proximité pour être en mesure d’y répondre si votre ami vous rappelle.

Demeurez joignable et disponible

Le journal d’Anathalie

Quelque soit ce que vous ressentez, répondez toujours au téléphone à moins que la personne au bout du fil ne vous déprime davantage… Soyez toujours disponible pour les autres… Ou du moins essayez de l’être. Faites-vous violence en répondant au téléphone même lorsque vous n’en avez pas envie. Ne vous sentez pas obligé de parler de ce qui vous tracasse mais ouvrez au moins vos coeurs à ce que l’autre aimerait vous partager. Vous pourriez avoir de belles surprises!

4) Sortir/prendre l’air

Si vous y tenez VRAIMENT, avant de retourner vous coucher, considérez la possibilité de faire une promenade afin de vous éclaircir les idées. Vous pouvez aussi inclure la marche dans vos activités quotidiennes. Surtout, ne restez pas dans votre tête. Souriez aux passants, et attardez-vous à ce qui vous entoure, les odeurs, les édifices, la nature, les sensations que vous ressentez. Sortez de vous-même!

5) Filtrer les pensées

Portez une attention particulière à ce à quoi vous pensez en tout temps. Filtrez le négatif, jetez-le et remplacez-le par du bon. Cela demande énormément de discipline, mais le jeu en vaut vraiment la chandelle.

Enfin, frères et sœurs, portez vos pensées sur tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est digne d’être aimé, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est synonyme de qualité morale et ce qui est digne de louange.

Phi 4 : 8

6) Choisissez ce que vous entendez et regardez

Une des choses qui peut grandement vous aider à renouveler vos pensées est de sélectionner ce que vous voyez, lisez et entendez. Privilégiez la beauté, les chants joyeux ou inspirants, les comédies ou des programmes spirituels. Plus vous nourrirez vos pensées de la Parole de Dieu et de contenus positifs, moins de place il y aura pour les idées noires.

7) Vivez le moment présent

C’est bien de se projeter de temps à autre dans le futur ou de se souvenir du passé. En revanche, lorsqu’on rumine sur des erreurs, sur des opportunités manquées ou lorsqu’on s’inquiète maladivement à propos d’événements qui ne se sont pas encore passés, nous gaspillons notre énergie inutilement. Personne ne connaît l’avenir et on ne peut changer le passé. Apprenez donc à vivre le moment présent, c’est certainement l’une des clés pour combattre la déprime.

Quand tirer la sonnette d’alarme ?

Cette deuxième partie sur les idées noires et la grande noirceur aborde les astuces à adopter pour combattre la déprime lorsqu’elle s’installe dans nos vies. N'hésitez pas à consulter un médecin en cas de grande détresse psychologique.
Le journal d’Anathalie

Les deux derniers articles portent sur les moments de tristesse, d’angoisse et de déprime que tout un chacun peut expérimenter dans différentes saisons de sa vie. L’une des questions qu’on me pose souvent lorsque je parle de la dépression est la suivante : à quel moment faut-il s’inquiéter de notre état de santé mentale ?

La tristesse devient un état permanent

Je pense que le simple fait de se demander si notre tristesse n’est pas en train de se transformer en un trouble de l’adaptation ou une dépression est déjà un signe que quelque chose ne va pas. En effet, c’est tout à fait normal de ressentir de la tristesse par moment, toutefois, sachez que la tristesse n’est pas permanente, elle n’est que transitoire. Lorsqu’on est triste, la déprime ne peut demeurer à son paroxysme sur une longue période de temps.

Souvenez-vous de la dernière fois que vous étiez triste. Peut-être vous rappellerez-vous que par moment, vous cessiez de pleurer, que votre esprit voguait à des souvenirs moins douloureux. Peut-être avez-vous même esquissé un sourire ou quelques acclamations de rire, puis les larmes sont graduellement revenues. C’est tout à fait normal. Cependant, si vous vous sentez déprimés, que votre esprit est tourmenté, accablé et que vous n’êtes pas en mesure de ressentir de la joie depuis plusieurs jours, il vaudrait mieux consulter un médecin.

Vous devenez non-fonctionnel

De plus, considérez consulter un spécialiste si la déprime prend une place si importante dans votre vie que cela vous empêche de vaquer de façon efficace à vos activités. Si par exemple vous avez de la difficulté à vous concentrer, que vous avez des trous de mémoire, que vous avez de la difficulté à retenir vos larmes ou qu’au contraire, vous ne ressentez plus rien (comme une paralysie émotionnelle), consultez votre médecin. Aussi, lorsqu’une simple tâche, comme se laver ou terminer la rédaction d’un courriel de trois lignes, semble être un exercice insurmontable, il vaudrait mieux penser à voir un spécialiste en santé mentale.

Prions

Papa, je Te remercie, car malgré la tristesse, malgré les difficultés, Tu demeures en contrôle de toutes choses. Tu es présent, avec nous, quelque soit ce que nous pouvons vivre ou même ressentir. Merci parce que Tu peux tout entendre. Je Te remets toutes ces personnes qui souffrent de déprime, de tristesse, d’angoisse ou d’anxiété. Je Te prie d’apaiser leur âme et de les bercer dans Tes bras. Guéris-les, et agis comme il Te plaira dans leurs vies. Au nom de Jésus ! Amen !

Voici deux aide-mémoire en format PDF à télécharger gratuitement :

Astuces spirituelles pour combattre la déprime.

Astuces psychologiques pour combattre la déprime.

Pour obtenir d’autres outils gratuits, visitez la page Onguents .

About Author

Du plus loin qu’elle se souvienne, Anathalie a toujours aimé Dieu. Malgré les chemins tortueux qu’elle a empruntés, Il est demeuré fidèle et ne l’a jamais laissé tomber. Anathalie a grandi dans une petite église méthodiste libre de la communauté haïtienne de Montréal où ses parents étaient impliqués dans le ministère ecclésiastique. Dès un très jeune âge, elle donne sa vie au Seigneur et s’implique à son tour pour l’avancement d l’œuvre de Dieu. Depuis juin 2014, elle fréquente l’église La Chapelle à Montréal où elle met ses dons, ses talents et son expérience au service de l’équipe des opérations et de l’équipe d’accompagnement spirituel de l’église. En 2018, elle entame des études en théologie dans le but de devenir aumônière et de venir en aide aux personnes qui souffrent. « On dit de moi que je suis une femme passionnée, créative, réservée et déterminée. J’ai la dent sucrée, je suis parfois dans la lune, j’aime les vieux films et les feuilletons français et je déteste les pieds… Mais vraiment là! »

5 Comments

  • […] Dans cette série de trois vidéos sur la méditation chrétienne, Anathalie Jean-Charles et Véronique Jones discutent des objectifs ainsi que des bienfaits de la méditation chrétienne en plus de mettre en lumière les différences entre la méditation chrétienne et les autres formes de méditation. De plus, elles proposent des techniques de respiration pour aider les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale, comme la dépression ou l’anxiété, à mieux gérer leurs symptômes. […]

    Reply
  • […] Dans cette série de trois vidéos sur la méditation chrétienne, Anathalie Jean-Charles et Véronique Jones discutent des objectifs ainsi que des bienfaits de la méditation chrétienne en plus de mettre en lumière les différences entre la méditation chrétienne et les autres formes de méditation ainsi que sur les pièges de la méditation orientale pour la vie spirituelle du chrétien. De plus, elles proposent des techniques de respiration pour aider les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale comme la dépression ou l’anxiété à mieux gérer leurs symptômes. […]

    Reply
  • […] Anathalie Jean-Charles et Véronique Jones présentent une série de trois vidéos sur la méditation chrétienne. Ces vidéos porteront sur les objectifs ainsi que sur les bienfaits de la méditation chrétienne en plus de mettre en lumière les différences entre la méditation chrétienne et les autres formes de méditation. De plus, elles proposent des techniques de respiration pour aider les personnes aux prises avec des troubles de santé mentale comme la dépression ou l’anxiété à mieux gérer leurs symptômes. […]

    Reply
  • […] Partie 2 Combattre la déprime ou contrer les idées noires […]

    Reply
  • […] ou sur l’état de notre cœur. Elle est aussi indiquée pour apprendre à se calmer, combattre la déprime, l’anxiété, les idées noires et la […]

    Reply

Leave a Reply