En cette journée de l’Action de Grâce 2020, le journal d’Anathalie fête son premier anniversaire depuis son lancement public sur les médias sociaux et tient à remercier ses abonnés, ses lecteurs, ses collaborateurs et Dieu pour leur fidélité.

View this post on Instagram

1 an déjà! 1 an depuis que j’ai lancé le Journal d’Anathalie sur les réseaux sociaux. 1 an depuis que j’ai accepté de relever le défi que Dieu me lançait en partageant avec le monde entier mon témoignage sur mon expérience avec la dépression. Ce n’était pas gagné! Et pourtant, c’est avec un cœur rempli de reconnaissance que je rédige cette publication aujourd’hui. Merci à chacun de mes 160 abonnés de continuer de me suivre même lorsque que mes publications ne sont pas en phase avec ce qui fonctionne sur les médias sociaux. Vous n’êtes pas nombreux et je veux vous honorer 🙏🏿. Merci à @missannbee pour la révision et pour la traduction de mes textes en anglais. You’re simply awesome and I don’t know how I could ever repay you ❤️. Thanks to you @cepstudio for being such a great supporter. Thank you for genuinely sharing your precious contacts with me. Thank you for wanting to see me succeed. Thank you for being who you are. I’m super grateful for having you in my life 😍. Merci à toi @v.e.r.o_jones d’avoir accepté de créer du contenu pertinent avec moi. Merci de faire partie de ma bulle d’amie en temps de COVID 🤗. Merci à @can_maxis et @sarah.bellefleur de créer avec moi le nouveau projet Everybody’s Hurt. Vous êtes des femmes exceptionnelles et je suis chanceuse de vous avoir comme contributrices de contenus éditoriaux et comme amies 😘. Un GROS MERCI aux animatrices de la @latableedesfemmes, @tammy_ltdf, @jessyemaharaj, et Jodana Larochelle de m’avoir chaleureusement accueilli sur votre plateau afin de partager mon témoignage à votre public. Merci d’y avoir cru 🥰! Mèsi anpil @carelpedre pou opòtinite ou bay abone’w yo pou presente bizniz yo sou Story Instagram ou de tan zan tan. M’reisi jwenn kèk abone ki kontinye swiv mwen jou jodi sa. Map kontinye patisipe nan inisyativ sa yo jan yo vini an🙏🏿. Je tiens aussi à remercier mes fidèles lecteurs que j’ai appris à connaître au travers des feed-back qu’ils m’envoient en DM. Merci de m’encourager et de donner du sens à ce ministère. Pour terminer, merci de croire en moi Papa! Merci pour ce que Tu as placé en moi pour le bénéfice du plus grand nombre. Tu es ma force. Je t’aime. ❤️❤️❤️

A post shared by Le Journal d’Anathalie (@lejournaldanathalie) on

Une année remplie en émotions

Si vous pouviez ouvrir la porte de mon cœur ou regarder par la fenêtre de mes pensées, vous seriez surpris par le mélange de joie, de gratitude, d’angoisses, et d’exaltation que vous y apercevriez. C’est comme un nuage de pensée rempli d’émotions diffuses qui m’envahissent et qui me traversent alors que je rédige ces quelques lignes.

Crédit : Le journal d’Anathalie

Je suis tellement reconnaissance de ce que Dieu réalise à travers ce ministère qu’est devenu le journal d’Anathalie et pourtant, vous n’avez aucune idée des difficultés que j’ai dû surmonter pour arriver au terme de cette première année. Il y a quelque chose d’exaltant et d’exaspérant dans la réalisation d’un projet aussi personnel et distant que la réalisation d’un blogue. Une fois les articles publiés, on n’a aucune idée de l’impact qu’ils auront sur les lecteurs, on espère que ça les encouragera, qu’ils souriront à la lecture de nos anecdotes farfelues ou qu’ils seront soulagés, ou même guéris des maux qui rongent certains d’entre eux.

Puis vient le découragement lorsque les statistiques de fréquentation du site sont moins bonnes qu’espéré ou lorsque des articles que l’on juge pertinents ne trouvent pas lecteur. Lorsque le nombre d’abonnés n’augmente pas ou que nos publications ne reçoivent aucune réaction sur les réseaux sociaux… Ouch ! On se demande si on a fait le bon choix en investissant autant (temps et argent) dans un projet qui semble laisser le monde indifférent. C’est alors que Dieu nous envoie un clin d’œil : un appel, un courriel, un ami qui nous félicite et qui nous encourage à son tour à ne pas abandonner.

Un an, c’est peu, mais c’est beaucoup !

C’est plus de 200 heures de rédaction et d’édition, plus de 300 heures de recherche et d’étude, plus de 250 heures de développement web, sans compter le développement de contenus vidéo, de production d’images, de relation de presse et de promotion sur les réseaux sociaux. À ça s’ajoute la vie, la famille, les études, le travail, l’église, la maladie, les refus, les déceptions… et la COVID. Un an, c’est court et c’est beaucoup !

Un an, ça paraît long et c’est si peu !

Tellement de choses se sont produites au cours de la dernière année. J’ai l’impression de me retrouver à des années-lumière du 11 octobre 2019. Tout a tellement changé ! Il y a un an, mon plus grand défi était la transparence et la vulnérabilité que cette transparence entraînait avec elle. Aujourd’hui, je ne crains plus ce que les gens peuvent penser de ce qui m’est arrivé. Ma nouvelle préoccupation c’est que mon histoire puisse résonner avec celle du plus grand nombre de personnes dans un contexte où la pandémie et les tensions raciales amplifient la détresse psychologique des populations. Il y a tant à faire pour que des personnes souffrant seules se sentent rassurées et entourées.

Voyant la foule, il fut ému de compassion pour elle, parce qu’elle était languissante et abattue, comme des brebis qui n’ont point de berger. Alors il dit à ses disciples : La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson.

Mathieu 9 : 36-38

C’est dans cette optique que j’ai fait appel à @sarahbellefleur, @candicemaxis et Véronique, afin qu’elles m’aident à développer du contenu pour soutenir de mieux en mieux ces brebis languissantes et abattues au travers du projet Everybody’s hurt. Aussi, je voulais permettre à toutes celles qui veulent partager un message d’espoir par rapport à leur propre expérience à d’autres femmes de pouvoir le faire dans la section du collectif Everybody’s hurt.

Merci pour cette année qui se termine et celle qui s’entame

En guise de remerciement envers mes lecteurs et mes abonnés, je procéderai au tirage du recueil des publications 2019-2020 du journal d’Anathalie au cours des prochains jours. Pour y participer, visite la page des règlements du tirage.

Papa, je veux réaliser mes vœux envers Toi et je t’offre toute ma reconnaissance pour ce qui a été et pour ce qui suit. Amen !

About Author

Du plus loin qu’elle se souvienne, Anathalie a toujours aimé Dieu. Malgré les chemins tortueux qu’elle a empruntés, Il est demeuré fidèle et ne l’a jamais laissé tomber. Anathalie a grandi dans une petite église méthodiste libre de la communauté haïtienne de Montréal où ses parents étaient impliqués dans le ministère ecclésiastique. Dès un très jeune âge, elle donne sa vie au Seigneur et s’implique à son tour pour l’avancement d l’œuvre de Dieu. Depuis juin 2014, elle fréquente l’église La Chapelle à Montréal où elle met ses dons, ses talents et son expérience au service de l’équipe des opérations et de l’équipe d’accompagnement spirituel de l’église. En 2018, elle entame des études en théologie dans le but de devenir aumônière et de venir en aide aux personnes qui souffrent. « On dit de moi que je suis une femme passionnée, créative, réservée et déterminée. J’ai la dent sucrée, je suis parfois dans la lune, j’aime les vieux films et les feuilletons français et je déteste les pieds… Mais vraiment là! »

No Comments

    Leave a Reply